Landeleau est le petit village où les Vieilles Charrues, connues à ce jour comme le plus grand festival d’Europe, ont pris naissance ! Mais avant d’être connue pour cet évènement festif, la commune de Landeleau possédait déjà une longue histoire.
Revenons un peu en arrière…

Aux origines…

Landeleau fut habité dès le deuxième millénaire avant JC. Plusieurs découvertes préhistoriques en font foi. La plus importante est celle du camp fortifié de Penfoul et son cimetière utilisé par des populations préceltiques, puis par les Celtes, à partir du IVe siècle avant JC

Landeleau s’est développée initialement grâce à un gué qui permettait à la voie romaine allant de Vorgium (Carhaix) à Châteaulin de franchir l’Aulne. Landeleau faisait partie de la paroisse primitive de l’ancienne Armorique de Plouyé, faisant partie un temps de Plonévez-du-Faou avant d’en être détachée.

Saint-Théleau, fondateur de la paroisse

Selon la tradition, Théleau, à la suite d’une épidémie de peste, gagna l’Armorique en 549. Venu du Pays de Galle, il est nommé évêque de Dol. Il abandonna ce poste sept ans plus tard pour construire un ermitage au centre de la Bretagne, dans un lieu qui devint Landeleau.

Saint-Théleau (Telo en breton) donne son nom à la commune, Lan signifiant “lieu consacré à un saint“. Son culte est resté très vivant comme l’atteste le Pardon et la Troménie suivie chaque dimanche de Pentecôte par de nombreux fidèles. Des reliques conservées dans l’église paroissiale lui sont attribuées, ainsi qu’un sarcophage situé près de l’église paroissiale.

Le nom de la paroisse s’est écrit successivement Landeleou en 1267, Landeleu en 1270, Lanteleau en 1368, Landeleau en 1448 et Landelleau en 1801.

Pour en savoir plus, lire les textes complets de l’ancien site de la commune

Site et monuments remarquables

Eglise paroissiale Saint-théleau, fontaine et sarcophage


Arbre de Saint-Thélo


Chapelle de Pénity-Saint-Laurent


Calvaire de Lanzignac

Daté de 1538, ce calvaire incomplet est le seul vestige de la chapelle de la Trinité. Sur le croisillon, deux anges recueillent le sang du Christ dans un calice. Saint Jean et la Vierge Marie encadrent le crucifié. Au revers, sainte Véronique montre le visage du Christ sur le Saint-Suaire.

La statue de la Vierge a été refaite en 2002. En contrebas de ce site champêtre se trouvent la fontaine de la Trinité et son lavoir, récemment restaurés.

Un pardon est organisé chaque année depuis 1985 le jour de la fête de la Trinité sur le site de l’ancienne chapelle.

Le toponyme “Lanzignac” provient de “lan” (ancien ermitage situé probablement en ce lieu) ; quant à “zignac“, toponyme unique en Bretagne, son origine est inconnue.

Source : Wikipédia


Ancien presbytère


Statue de saint Roch

En granite, découverte récemment sur le site de l’ancienne chapelle saint Roch (disparue) a été réinstallée après avoir été restaurée (il lui manquait sa tête) par Olivier Danican, sur un socle à la manière d’un calvaire, au carrefour du Moulin-Neuf qui correspond à la quatrième étape de la Troménie.

Source : Wikipédia

Commentaires fermés

Close Search Window